12 Jul 2018

Please reload

Posts Récents

Réponse à toi

12 Jul 2018

Dernièrement, on m’a posé la question suivante : Pourquoi fais-tu de la photo? Inévitablement, j’ai pensé que c’était pour rendre intemporelle un moment éphémère. La réponse me semblait trop simple, surtout dans une époque où la photographie n’a jamais été aussi accessible... trop accessible. 

 

Lorsque j’ai commencé à faire de la photo, je n’avais droit qu’à une caméra jetable 24 poses pour les vacances. Je choisissais avec soin les images, puisqu’il y avait une limite. Aujourd’hui, je peux en prendre plus d’une centaine par jour. Certaines de ces images prendront vie, alors que d’autres ne resteront qu’une série de codes binaires derrière un écran. Est-ce que cette accessibilité a créé un fossé entre la valeur d’une image d’un 24 poses et la valeur d’une image parmi des milliers ? La réponse est oui. 

 

Cela me fait penser à la relation entre la rose et le Petit Prince. Cette rose unique qui pousse sur l’astéroïde B-612, perd de sa valeur lorsque l’enfant trouve sur la planète des Hommes des milliers de roses semblables à la sienne. 

 

Alors pourquoi faire de la photo, si l’image en soi ne possède plus la même valeur?

 

J’ai poussé ma réflexion en me disant que c’était pour vivre, apprécier et profiter du moment présent. Cette réponse me semble à première vue ironique, puisqu’une personne qui m’a déjà vue faire de la photo durant un coucher de soleil doit me trouver étourdissant. En l’espace d’une quinzaine de minutes, je me déplace constamment, cherchant de nouveaux angles. Je pense à ma composition. À l’avant-plan. À l’arrière-plan. À mes réglages. Je pense à changer d’objectif. À changer de filtre. À appuyer sur le déclencheur. Je peux difficilement m’asseoir et regarder la lumière se transformer. Le temps file rapidement et sans que je ne m’en aperçoive, le soleil traverse l’horizon pour faire place à la nuit. 

 

En surface, je peux donner l’impression de ne pas profiter du moment. De ne pas être présent. Toutefois, cette même personne qui me voit sans cesse bouger pour capturer des images ajoutera que c’est beau à voir. Que j’agis avec passion, que je me trouve dans une zone. Lorsque je suis en train de faire de la photo, je ne fais que ça. Il n’y a pas de passé, et demain n’existe pas encore. Seul le moment présent compte. Un moment présent vécu avec une intensité si forte qu’il se grave à jamais dans ma mémoire

 

Pointez-moi n’importe laquelle de mes images et je vous raconterai son histoire.

 

Donc à toi, qui m’a demandé pourquoi je fais de la photo, je le fais par passion. Je le fais avec tout mon cœur. C’est ce qui me permet d’avoir tout mon être présent dans un instant précis. Et je te souhaite que tu trouves ce qui pour toi, te fais sentir vivant. Car au-delà des apparences, c’est la façon dont tu t’appropries le moment qui fait toute la différence.

 

Le renard dit qu’on ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux.

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Please reload

Archives

d.belandphoto@gmail.com

© 2016-2019 David Béland

Logo par Clara Boo

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon